bornimétrie
Accueil du site > 06- REFERENCES > PARUTION TAL 2007

PARUTION TAL 2007

lundi 15 octobre 2007

Un article de Paul FACQ, intitulé "Essai sur la métrologie des bornes routières gallo-romaines : l’exemple de la voie de Limoges à Argenton-sur-Creuse", mettant en oeuvre les procédés métrologiques présentés sur le site bornimetrie, est paru dans le tome 27 (octobre 2007) de la revue "Travaux d’Archéologie Limousine", pages 237-247.

L’article donne les résultats de mesure des diamètre moyen, conicité, carrure résiduelle, dévers de l’embase pour quatre bornes gallo-romaines avérées, découvertes le long de la voie Augustoritum/Argentomagus et pour quelques autres situées en territoire lémovice.

9 Messages de forum

  • PARUTION 25 octobre 2007 22:18, par ni bord ni maître

    Où peut-on se procurer la revue en question et à quel prix ?

    • PARUTION 25 octobre 2007 22:41, par admin

      La revue Travaux d’Archéologie Limousine est disponible au siège de l’association

      ARCHEOLIM 4O, rue Charles Silvestre, 87100 LIMOGES

      E-mail archeolim@wanadoo.fr

      Fax 05 55 79 95 24

      Tel 05 55 77 20 50 ( le mardi de 14h à 17h30 )

      au prix de 29 € ( frais de port non compris 5 €)

  • PARUTION 22 février 2008 16:56, par Elena Ïve

    Qu’est-ce que le dévers de l’embase ?

  • PARUTION 22 février 2008 17:00, par Elena Ïve

    P.S. Et la carrure résiduelle ?

    • PARUTION 2 mars 2008 21:59, par admin

      Les sections du fût d’une borne gallo-romaine du pays des Lemovices (et peut-être aussi des alentours) ne sont pas parfaitement circulaires. Un examen attentif du contour des sections de fût révèle en général quatre "bosses" qui correspondent aux quatre angles de l’embase. Ces défauts de circularité peuvent être chiffrés si l’on étudie le rayon de courbure local du contour. La raison la plus vraisemblable de cette "carrure résiduelle" est que le tailleur de pierre antique a, dans un premier temps, réalisé une ébauche de section carrée du fût, puis réalisé l’arrondi des angles à vue d’oeil, sans utiliser d’instrument de mesure pour vérifier la circularité des sections.

      Quant au dévers de l’embase, il correspond au fait que sur toutes les bornes découvertes jusqu’à présent (cinq bornes en Haute-Vienne) le long de la voie Augustoritum/Limoges-Argentomagus/Argenton, et trois bornes gallo-romaines avérées situées en pays Lemovice, le plan supérieur de l’embase n’est pas perpendiculaire à l’axe du fût. La pente est de l’ordre de 7 à 10 %. La présence de cette particularité ne peut être fortuite et appelle une explication. Vos suggestions sont les bienvenues !

      • PARUTION 29 mai 2008 21:55, par Daisy D.

        Concernant le dévers des embases, c’était peut être parce que la borne était inclinée ou bien pour l’écoulement des eaux de ruissellement ?

        • PARUTION 22 juin 2008 12:25, par admin

          Comme raisons possibles de la présence du dévers de l’embase, on peut ajouter l’économie de déchets de taille lors de la fabrication de la borne (voir pour cela l’article "Essai sur la métrologie des bornes routières gallo-romaines : l’exemple de la voie de Limoges à Argenton-sur-Creuse" paru dans T.A.L. 27).

          Le dévers pouvait aussi repérer une direction le long des voies et/ou, de manière encore plus nécessaire, aux croisements de voies. Cette dernière justification, qui n’est pas incompatible avec d’autres, est actuellement en cours d’étude. Une indication utile pourrait être donnée par les orientations relatives de la dédicace et du dévers. Il faut pour cela examiner les (très rares…) bornes à la fois épigraphes et pourvues de leur embase, dans la mesure où cette dernière n’a pas été noyée dans un massif de maçonnerie ou purement et simplement éliminée …

          • PARUTION 17 novembre 2008 22:20, par Daisy Day

            Toujours concernant le dévers de l’embase, la borne pouvait être inclinée vers l’extérieur de la voie pour faciliter la lecture de la dédicace ?...

            • PARUTION 4 décembre 2008 12:32, par admin

              Il semble bien que non car une borne complète, datée du IIIème siècle, pourvue de sa dédicace et d’une embase déversée, est actuellement visible en Bourgogne.

              Sur cette borne, le dévers de l’embase est transversal pour un observateur faisant face à la dédicace. Cela semble exclure l’idée d’une inclinaison vers l’extérieur de la voie et renforcerait plutôt celle d’une indication liée à l’origine du comptage des distances ( le chef-lieu de la Cité ) ou, ce qui revient au même, au sens de progression du numérotage des bornes à partir de cette origine.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0